EN AFRIQUE

Comme nous le savons à travers les medias, dans les derniers jours du mois d’avril  le “cyclone Kenneth”  a apporté des pluies abondantes et des vents très forts dans une grande partie du Mozambique. La grande perturbation a causé la destruction de milliers de maisons et de nombreuses inondations qui ont principalement affecté la région de Pemba sur la côte nord-est du pays. Le” cyclone Kenneth” a atteint la province de Cabo Delgado, au nord du Mozambique, causant la mort d’au moins 43 personnes et une  grande dévastation.

Les équipes de secours travaillent depuis plusieurs jours pour sécuriser la population, et s’estime qu’il y a au moins 20 000 personnes déplacées dans tout  Mozambique. C’est la première fois que deux cyclones aussi puissants atteignent le Mozambique à une courte distance entre eux. Les dégâts déjà causés par « Idai » se sont aggravés avec l’arrivée de « Kenneth », qui a rendu  difficile le moyen de déplacement  dans le pays ainsi que les activités de sauvetage.

A cet égard, nous rapportons le témoignage de Sr Teresa Squiavenato, fscj, qui, après avoir eu parlé de la pauvreté du pays dans lequel nos soeurs se retrouvent, elle  ajoute référence au cyclone:

« La polulation Mazambicaine souffre à cause de cet évenement. Le cyclone « Idai », du  14 mars des années passées a causé environ 1000 décès dans le centre du  pays, en détruisant les villes de Beira et Sofala.

Notre évêque, Don Luiz Fernando Lisboa toujours très sensible à la souffrance du peuple mozambicain, il a activé plusieurs groupes de l’aide humanitaire, mais pendant ce temps, le cyclone « Kenneth » a été annoncé qui se dirigeait vers le Capo Delgado et précisément Palma et Pemba qui devraient etre  atteint le 25 avril avec des rafales de vent de 280 km / heure et de 100 à 150 mm d’eau en 24 heures.

Nous espérons pouvoir, avec les biens matériels, reconstruire les forces, l’âme, l’énergie, la dignité et la foi de ces personnes, dont certaines ont failli perdre la vie en essayant de sauver les autres. Et pour nous, filles du Sacré-Cœur, le défi est  double, car outre l’engagement de la  reconstruction à Pemba, les deux districts d’Ibo,  Macomia et Quissanga appartiennent à la région pastorale de Meluco où nous irons vivre et où nous sommes déjà en tant que lieu de mission. Nous comptons sur la force du Sacré Cœur de Jésus avec la certitude qu’il y aura des amis et des gens solidaires en ce moment « . Donc, nos sœurs travaillent à toute vitesse, même dans la coordination des groupes de secours pour répondre aux besoins initiaux de la polulation. Il y a une urgence alimentaire et en la santé les épidémies sont à craindre. Au mois de juin les Filles du Sacré Cœur presente en Mozambique seront visitées par la  Sr. Inelda Maria Balestrin, Conseillère générale.

Français